Source: Horticulture & Paysage – Janvier/Février 2014

Devenus incontournables dans les massifs, les paillages s’inscrivent dans la logique d’entretien durable des espaces verts, parce qu’ils réduisent l’évapotranspiration et permettent de limiter le développement des adventices. Sur le marché, différentes technologies et solutions coexistent, laissant aux gestionnaires des espaces verts, une grande liberté de choix.Si les paillages ont pendant quelques temps représenté une nouveauté dans le domaine des espaces verts, ils font aujourd’hui figure d’indispensable. « Le paillage est un procédé simple et naturel qui consiste à recouvrir le sol de matériaux protecteurs d’origine végétale, minérale ou synthétique ». « Le paillage limite l’évaporation, la pousse des adventices, le ruissellement et l’érosion, tout en conservant l’humidité du sol, limitant son compactage et favorisant son aération. Qui plus est, il présente un indéniable intérêt esthétique ».

Paillages végétaux : une gamme très vaste
Appréciés des jardiniers, les paillages d’origine végétale permettent de mettre en valeur les végétaux dans une ambiance naturelle. On en distingue plusieurs types, principalement les paillages issus de végétaux ligneux et les paillages issus de végétaux herbacés :
– dans la première catégorie, la vaste gamme des paillages bois se décline. « Les paillages bois permettent de générer une économie d’eau significative, pouvant aller jusqu’à 60 %, en évitant l’évaporation et en retenant l’eau ». « Fabriqués à partir de bois non traités, ils se dégradent lentement et peuvent finalement être intégrés dans le sol ». Les origines des paillages bois sont très variées (écorces de pin, écorces de peupliers, fibre de bois, etc.). Par exemple, si le paillis d’écorces de peuplier a un pH neutre et s’adapte donc à toutes les plantes, l’écorce de pin est à associer aux plantes acidophiles. En moyenne, il faut disposer les paillages bois sur une épaisseur de 4 à 10 cm et prévoir des resurfaçages régulièrement (tous les 2 à 4 ans) ;
– en ce qui concerne les paillages non ligneux, les paillis de chanvre, miscanthus et céréales représentent une solution plus éphémère car leur décomposition sera plus rapide (1 à 2 ans contre 3 à 5 ans). En ce qui concerne la mise en œuvre, différents éléments sont à prendre en compte. Tout d’abord, le paillage s’applique sur un sol propre après la plantation, généralement en mars, quand le sol est réchauffé, et à l’automne, avant les gelées pour protéger le sol du froid. L’épaisseur de paillage varie en fonction de la granulométrie de celui-ci. « Le paillis de lin s’applique sur une épaisseur de 4 à 5 cm et un arrosage suffit à le maintenir en place. Autre précaution à prendre, la germination d’adventices. Certains paillages peuvent contenir des graines qui germeront après arrosage, induisant ainsi un effet « contre-productif ». Disposer un feutre en sous-couche représente alors une bonne solution.

La longévité : l’atout des paillages minéraux
Ne subissant aucune décomposition, les paillages minéraux représentent une solution pérenne car leur qualité originale perdure. Par ailleurs, leur poids assure leur résistance au vent, et là encore, un choix assez conséquent existe, en termes de coloris et en termes de granulométries. « L’aspect esthétique est très différent, que l’on choisisse un paillage de pouzzolane, de billes d’argile ou, par exemple, de pomice ». En effet, les teintes orangées et cuivrées des billes d’argile contrastent avec le vert tendre des feuillages, tandis que la pomice crée un fond neutre. En ce qui concerne les paillages minéraux, les paillettes d’ardoise occupent également une place de choix. Extraite à proximité, l’ardoise peut également s’inscrire dans une logique d’utilisation des ressources locales, comme c’est souvent le cas dans l’Ouest de la France. Dans les cavités de sa structure poreuse, la pouzzolane, quant à elle, abrite des bactéries qui rendent les déchets organiques assimilables par les plantes. Dans tous les cas, les paillages minéraux représentent un coût à l’achat plus important que les paillages végétaux. La brique pilée, les sables et graviers représentent les alternatives les plus économiques avec toutefois un petit bémol. La faible granulométrie laisse parfois passer les adventices. Enfin, tous peuvent être laissés en place plusieurs années, sans qu’un surfaçage ne soit nécessaire. Inaltérables et imputrescibles, leur durée de vie avoisine les 10 ans.

Innovation : les progrès des toiles de paillage
Régulièrement décriées, les toiles de paillage ont vu leurs compositions évoluer de manière significative et se partagent désormais en deux catégories : les produits recyclables et les produits biodégradables. Dans le cas des toiles recyclables, le polypropylène est le principal constituant. « Ce matériau que nous utilisons dans une forme non tissée et thermoliée est perméable à l’eau et aux nutriments ». « Par ailleurs, il est chimiquement inerte et recyclable, ce qui permet une valorisation du produit après son utilisation ». Très résistantes à l’usure, ces toiles peuvent être utilisées pour des haies, talus, massifs d’arbustes et d’arbres et sont généralement fixées dans le sol au moyen d’agrafes métalliques. En ce qui concerne les toiles de paillage biodégradables, différentes technologies émergent. Tissée à partir de bandelettes issues d’un mélange unique de deux polymères, la toile tissée intervient comme un produit précurseur. En effet, en matière de toiles de paillage, l’argument du développement durable est souvent discuté. Ainsi, les feutres en jute, P.L.A., lin et fibres de coco sont également compostables et biodégradables, mais certains de ces produits sont importés sur de longues distances, ce qui impacte fortement leur bilan écologique. Quoiqu’il arrive, tous les facteurs, de la production, à la gestion des déchets, en passant par le transport, doivent être étudiés.

Lire l’article complet en PDF

31 janvier 2014|Presse|1 Commentaire

1 Commentaire

  1. farrah 10 avril 2014 at 23 h 33 min

    puis je mettre des ecorses de pin ou du mush aux arbres fruitiers n y a t il pas de danger sont ils traités?je vous remercie d avance pour votre reponse bien a vous

Rédiger un Commentaire